23/11/2008

chaos

vdallfu5gi3qa1ix9

C’est le grand chaos, le brouillard et la brume
Mais parlons d’amour j’y consens
Vrai que dans mes poèmes l’essentiel manque, j’assume…
Dans mon fumier poétique, une odeur d’encens

Je transpire d’amour, soucis de mes pensées
Mais lis que mon cœur est à jamais ouvert…
Entre haine et amour je ne fais que balancer
Des rimes collées, inspirées par ses repères

Parlons d’amour, sans en prostituer le sens et
Sans le chanter à tue-tête, à y perdre sa voix
Il paraît que je suis dur, inapte à y penser
Trop sceptique pour le traiter comme il se doit

Mais je me défends d’ignorer une chose
Qui est à l’origine de mon existence sur Terre
Des rimes dans les ronces mais aussi auprès des roses
Proche de mes amis comme de mes frères

La tristesse me suit sans que l’amour soit bien loin
Je vis mes années à joindre les bouts, la main au stylo
Même dans ma prison mentale il y a au quatre coins
Une passion amoureuse qui repousse mes barreaux

Chaque jour sa peine, sa tâche, sa lutte sans merci
Son ciel noir, ses ombres et les hyènes,
J’entends finir l’orage quand viennent des éclaircis
Que l’amour porte à mes plaies et aux tiennes

20:15 Écrit par chaton663 dans poémes et photo amour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.